Le faciès musculaire instinctif ou le sourire de la Joconde

Il y a des années, j’ai écrit sur le sourire de la Joconde : pour moi, son secret n’était rien d’autre qu’un visage qui exprimait l’aboutissement de l’éveil car à l’époque, j’arborais souvent ce même sourire. Aujourd’hui, j’en comprends encore mieux la symbolique !

Durant toute notre vie d’humain, nous faisons face à la séparation du Soi et de son monde extérieur (autrui). Nous portons à chaque instant le masque de ce potentiel matriciel et, au bout d’une quarantaine d’années, nos muscles faciaux enregistrent cette strate dimensionnelle : la crispation liée à cette réalité commencent à être visible sur notre visage.

Je sentais parfois la contraction du bas de mon visage lorsque j’étais en relation avec autrui. C’était comme un poids vers le bas, un durcissement de mes traits qui essayaient de cacher aux yeux du monde, ma véritable personnalité…un effort perpétuel qui à terme, laisse des stigmates sur un faciès humanoïde : une zone d’ombre autour de la bouche et les muscles du sourire qui semblent affaissés à force de ne pas servir.

Nos muscles reflètent cette dimension de séparation, c’est immanquable, c’est le jeu de l’incarnation :) Et même une conscience aboutie va dessiner cette expression de crispation car ce n’est pas la conscience qui permet la mutation vers un nouveau corps humain mais l’instinct !

Je sens, depuis que JE développe MA conscience instinctive, que les muscles de mon visage se détendent et lâchent prise. C’est naturel, je n’ai aucun travail d’ancrage à la paix à mener, c’est simplement que JE suis désormais MOI-même et que le monde extérieur (les autres à cause desquels les muscles faciaux se crispent) reprend sa juste place en MOI. Mon visage se relaxe de lui-même et d’autres muscles commencent à prendre le relais…c’est aussi ce phénomène de mémoire dimensionnelle musculaire, qui à terme, va modifier l’aspect physique du nouvel humain, en effaçant le syndrome de la vieillesse.

Le sourire de la Joconde est la projection musculaire d’une énergie de paix et d’harmonie et cette expression se grave doucement dans MA chaire.

Dans l’humanité en devenir, ce n’est pas forcement le fait de sourire de toutes ses dents qui dira notre joie et notre paix, mais plutôt une trame musculaire détendue. Ainsi, même l’émanation du mutant en devenir sera différente, peut-être moins expressive mais plus parlante dans sa zénitude musculaire! Dans cet article, la fin du bizness spirituel, je disais le dégout de moi-même à l’époque, lorsque j’utilisais mon image souriante afin de me vendre. Ces photos d’humains qui sautent de joie, le sourire forcé, me sont vibratoirement insupportables désormais.

Un visage inexpressif mais dimensionnellement relaxé, peut-être un léger sourire de Joconde…et c’est tout :) Pas de grimace à voir, de joie à prouver ou à montrer mais simplement vibrer de paix :)

Fréquence stimulée par une amie, le sourire de Bouddha : ce n’est pas une expression à proprement parler, c’est simplement que les muscles s’apaisent, se relâchent, n’ont plus à exprimer quelque chose, du moins dans mon vécu…je dirais que le visage prend la forme de la vibration que j’incarne. Parfois, mon faciès se retend, je reviens en arrière puis de nouveau, il se vide d’expression, donc je perçois la différence : je vois que cela n’a plus rien à voir avec un ressenti intérieur, c’est simplement une détente énergétique totale, donc une détente musculaire…et le fait de vouloir dire quelque chose avec un sourire ou un non-sourire, cela perd de son sens…ce n’est plus ce que j’exprime visuellement qui compte mais ce que je vibre…et ça devient comme évident….il me faut oublier les protocoles relationnels que j’ai mis en place dans cette dimension de séparation…tout n’est plus que vibration et même les muscles du visage s’adaptent à ce nouveau processus énergétique :)

Il est fort possible que dans les temps à venir, je souris de moins en moins alors que je suis de plus en plus en paix…quel paradoxe :) D’ailleurs, il y a longtemps, j’avais eu un flash de mon moi futur, un peu effrayant à l’époque, car non-souriant (à lire ici).

Mesnet Joséphau-Charrier,

23 septembre 2020

Toujours lire MOI = JE = nous = cellule originelle

Publié par Mesnet Joséphau-Charrier

Mutation quantique et physique en cours, nouvelle humanité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web gratuitement avec WordPress.com.
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :