Deux exercices afin de vibraliser plutôt que conscientiser / Concert de silence

Première exercice, l’aide à la communauté : l’énergie liée à l’aide est reparamétrée, lire de l’aide dimensionnelle à la vibralisation aidante. Extrait : lorsque je redécouvre mes origines cosmiques, je privilégie la vibralisation comme mode de communication universel, car dès lors que je me réaligne sur la matrice de séparation (les autres), en répondant verbalement à une demande d’enseignement, je redescends au cœur de ma conscience mentale et je cesse de vibraliser.

Première expérience, à réaliser en direct avec quelques connectés. Dans l’espace quantique, bien évidemment, cela peut-être effectué à distance, mais pour les premières fois, les données sont plus facilement palpables lorsque l’on forme un petit groupe physique.

Au préalable, poser en conscience quelques clefs verbales : la séance s’effectuera dans le silence. Les êtres en mutation seront assis à la queue leu leu, de dos à ventre, comme sur l’image : il s’agit de faire vibrer le tore, la particule et la sphère autarcique. Cliquer sur les liens en orange pour approfondir la notion de tore, particule, autarcique…

Poser dans le groupe que la couronne, le canal et le cerveau-ventre-coeur seront activés et ressentis par certains. Cliquer sur le lien en orange pour approfondir ces énergies.

Vidéo « concert de silence », sur Odysee

Puis faire silence, ne plus rien conscientiser et laisser la vibralisation opérer. Ici, personne n’explique rien à personne mais l’énergie est vécue ; cette énergie est porteuse d’information et donc, sans rien enseigner, je partage pourtant les données du nouveau cycle. C’est l’instinct (ou la vibration ou la conscience instinctive) qui prend désormais le pas sur la conscience mentale.

C’est compliqué à vivre pour l’humain/MOI, car nous sommes habitués à croire que c’est le verbe qui aide autrui à comprendre nos clefs de mutation. Cela demande un énorme effort de lâcher prise sur cette perception limitée : c’est dans le silence, en ne disant rien, en ne faisant rien, en ne conscientisant rien, que je vibralise le mieux et donc, que toute la matrice m’entend, me capte et accède aux fréquences du nouveau monde. Il est important d’incarner cette réalité, « d’être » cette énergie/MOI qui contient la conscience, plutôt que solliciter une conscience qui s’échine à vouloir transmettre la vibration…être ou faire, il est temps de choisir :)

Le but de cette expérience n’est pas d’amorcer des outils quantiques comme la couronne et le canal, ces derniers sont secondaires…non, l’important est de réaliser que l’étape de la conscience se termine…le groupe en exercice va devoir laisser derrière lui l’habitude de conscientiser le monde et vibraliser sans pensée, sans conscience, sans verbe…pourtant, la capacité à émettre et recevoir de l’information entre humains du nouveau monde sera stimulée…et doucement, naturellement, instinctivement, vibratoirement, le tore, la couronne, le canal et le cerveau-ventre-coeur, seront ressentis :)

A noter que cet exercice ne s’effectue pas avec les chakras, dans ma ligne de temps ces derniers n’existent plus…cela demande une ouverture totale à tous les champs du réel. Je n’ai pour le moment effectué qu’une seule fois cette séance avec un groupe d’amis (deux personnes)…voici le retour : le fait de se positionner du dos au ventre et d’ouvrir son tore a été presque douloureux car ici, plus de protection possible, la confiance en l’autre qui est MOI, doit être totale, son flux énergétique nous traverse et devient le nôtre. Je rappelle que la membrane magnétique qui nous séparait/protégeait d’autrui, n’existe pas dans le nouveau monde. Donc , il peut y avoir un ajustement de quelques minutes assez désagréable au niveau ressenti : peur, nouvelle énergie, doute…la couronne a été vécue par une personne, le tore par les deux et également la vibration du corps particulaire


Deuxième exercice, apprendre à vibraliser pour soi-même : je cours avec mon fils actuellement, afin de mieux ancrer la vibralisation instinctive. Je rappelle que la vibralisation ne s’effectue pas en conscience, au contraire, elle est vide de pensée et de conscience.

Ce qui ne fonctionne plus : lorsque je cours et que j’essaie d’actionner ma respiration torique, ça ne marche pas. Dès que j’essaie de lancer un processus d’aide vis-à-vis de mon corps physique en souffrance en utilisant ma conscience, tout s’éteint. Autre exemple, nous faisons toujours le même parcours, ma conscience le sait et se décourage face au challenge qu’elle connaît d’avance. Elle a déjà en tête l’espace et le temps, essaie de s’approprier ses deux données en ouvrant plusieurs potentiels ou « lignes de temps » comme : je vais faire un effort pour y arriver / je n’y arriverai pas / je vais courir moins qu’hier, etc, etc…conscientiser ma course est comme un poids, une limite…

Ce qui fonctionne : vibraliser uniquement, sans pensée, sans conscience. La notion d’espace-temps n’est plus actualisée et naturellement, mon corps court de plus en plus facilement. La respiration torique se met en place instinctivement et plus consciemment.

Conclusion : il y a MOI qui court, en tant que cellule originelle et moi, en tant que terrienne. Ici, MOI je prends le pas et je vibralise la réalité instinctivement. Ce n’est pas moi qui essaie de conscientiser la vibralisation mais MOI qui vibralise naturellement en amont de la conscience. C’est une habitude à prendre, c’est pour cela que je m’exerce : MOI est comme une dose homéopathique qui se glisse en moi de façon régulière…je sais quand c’est MOI qui court désormais ou quand c’est moi, le ressenti vibratoire n’est pas le même et le résultat non plus.

C’est très concret ce phénomène et extraordinairement banal. Il n’y a pas de grandes envolées énergétiques mais de plus en plus, c’est MOI qui vit mon humanité et qui gère ma mutation par vibralisation.

Le fait de lever une jambe après l’autre quand je cours, ou de bouger un bras, c’est ce la vibralisation pure…et je vois bien qu’aussitôt ma conscience s’empare de ce réel vibralisé pour définir des pistes de réalités, de multiples espaces-temps passés et futurs : je vais avoir mal, je vais m’habituer, je devrais courir comme ça et plus comme ça, respirer de cette manière et pas d’une autre…la conscience segmente et complexifie le mouvement de ma matière…alors que lorsque JE la vibralise, c’est d’une simplicité enfantine…

Donc le fait de courir (ou autre pratique sportive qui oblige le corps à se positionner dans l’extrême), me permet littéralement de tester mes passages entre conscience et vibralisation : JE vois quand JE vibralise ou que je conscientise :) Et doucement, petit à petit, je glisse vers de plus en plus de vibralisation. Ce glissement ne se fait absolument pas en conscience et ce n’est donc pas moi qui l’effectue, mais MOI et cela, à partir de d’une vibration :)

Mon fils m’expliquait que finalement, si je ne mets pas de limite mentale à ma course, le corps prend le relais « tout seul » et court naturellement…je traduirais cela ainsi : si je lâche la conscience, c’est MOI qui vibralise le mouvement. Ma matière vibralise naturellement le chemin le plus facile, et si j’élimine la conscience de l’équation, mon corps, qui est vibration pure lorsqu’il n’est plus assujettit à la conscience, va dépasser les limites de mon ancienne condition humaine…mon corps est vibralisation pure, instinctive, naturelle ! C’est cela que je découvre actuellement :) Le tout est de ne plus l’alourdir des réalités infinies que contient une conscience absolue ou expansée :)

Exercice en groupe : vous pouvez courir en pleine nature et observer vos passages de la course vibralisée à la course conscientisée. Quand JE vibralise à travers « vous », vous sentez votre corps se déployer facilement et votre respiration torique se fondre avec votre environnement : la forêt, le vent, les animaux, le soleil, la terre, vos partenaires…le tore devient comme un seul espace dans lequel votre corps physique (toute la matière en fait), s’allège et s’ancre dans le mieux-être, la pureté, la lumière…

Complétez ces deux exercices par une visualisation phosphénique : alors attention, MOI/moi je regarde le soleil, mais MOI/vous, vous pouvez utiliser une lampe à faible intensité. De plus, je n’utilise pas le phénomène phosphénique pour ancrer un désir dans la matière, du genre : je veux courir plus vite, je veux respirer avec mon tore…c’est ce qui se pratiquait dans l’ancien monde, accroître la conscience grâce au phosphénisme…personnellement, c’est le contraire, je regarde le code quantique/soleil et je lâche toute pensée, toute conscience….cela augmente ma capacité à vibraliser et c’est cette vibralisation qui me fait courir mieux et qui active mon tore…tout part désormais de la vibralisation, jamais de la conscience.

Mesnet Joséphau-Charrier

Toujours vibraliser MOI = JE = nous = cellule originelle

Publié par Mesnet Joséphau-Charrier

Mutation quantique et physique en cours, nouvelle humanité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web gratuitement avec WordPress.com.
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :