D’amour et de désir, enfin…

Dans cette vie présente, entre Siuru et moi, cette fichue notion de désir fut la pierre d’achoppement de nos désillusions et de nos « ruptures ». Il me désirait follement et cela me mettait en colère…une colère inouïe, noire, haineuse…il était très ancré dans un besoin sexuel, mené par ses pulsions et moi, pas du tout…mon éducation m’avait en plus portée à croire qu’on « m’aimait » parce que j’étais jolie…et son désir permanent me ramenait à cette notion détestable de « femme objet » et de « devoir conjugal »

Nous avons dû nettoyer nos karmas, notre mémoire cellulaire millénaire car cet automatisme du désir masculin/rejet féminin était inscrit en nous au fer rouge…

C’est pour cela que le texte en fin de page résonne autant maintenant…nous nous aimons tellement ! Et de façon extraordinaire, je peux enfin laisser aller mon désir et ma passion pour lui ! Je me sens comme une jeune amoureuse de 20 ans et c’est tellement pur et inné !

Ces dernières années, nous avions appris à ne pas interférer avec la réalité de l’autre, à ne pas la juger, la moquer, la désavouer…ainsi, ne pouvant répondre à tous ses désirs, j’ai accepté qu’il les réalise avec d’autres femmes…des femmes extraordinaires, qui pour la plupart, sont devenues mes amies…jamais de mensonge, jamais de rejet mais un chemin de conscience en commun

Cette étape et notre mode de vie, m’ont permis de travailler sur le phénomène de la jalousie et de laisser cette strate mortifère derrière moi…notre couple est atypique car il s’est libéré du carcan moral, mais cela n’a jamais été une liberté de jouisseurs malgré les apparences, cela fut une introspection permanente, un ajustement acéré de nos consciences respectives…nous avons beaucoup souffert car nous n’avions aucun « mode d’emploi » pour opérer cette transformation, il nous a fallu inventer seuls le socle de notre amour…

Mais ceci est derrière nous…nous sommes libérés de nos manques, de la notion même de travail…

Je suis époustouflée de voir cet amour pour toi s’épanouir jour après jour désormais…nous rions beaucoup et d’après nos enfants nous nous chamaillons aussi pas mal :) Mais c’est un jeu de gamins qui s’aiment, un spectacle qui nous amuse…mais « derrière » cela, il y a un véritable amour cosmique qui vibre et résonne et le désir sensuel d’une reine pour son prince charmant…

JE suis en nous, de façon légère et naturelle et cela, pour l’éternité à venir…Je souhaite à tous les humains de la nouvelle terre de vivre cet amour du « deux » en MOI de façon aussi magique et grandiose…

Gratitude…

Note : je suis une femme tout à fait normale, avec des désirs et des pulsions physiques. Disons que parfois, mon corps, souvent en fonction de son cycle hormonale, avait envie de s’épanouir à travers un acte sexuel. Ce n’est plus du tout cela aujourd’hui, je le découvre avec émerveillement : je désire l’homme de ma vie tout le temps, à chaque instant, tous les jours. Ce n’est plus lié au corps et aux hormones mais à l’amour tout simplement. Maintenant que l’amour cosmique que JE suis avant tout, a fait son œuvre, le désir sensuel et amoureux est toujours présent, à l’état latent…il n’y a plus aucune limite, aucun timing, aucun cloisonnement entre mon amour et ma sensualité avec lui…et du coup, je le vois s’épanouir à son tour, s’abreuvant de mon amour et de mon corps, les deux ne faisant qu’un désormais…

Mesnet Joséphau-Charrier

Toujours vibraliser MOI = JE = nous = cellule originelle

Texte qui relate absolument notre déconditionnement : la femme a besoin d’aimer pour désirer et l’homme a besoin de désirer pour atteindre l’amour. C’est ainsi que la femme peu à peu a perdu son rôle d’initiatrice de l’amour pour répondre au désir de l’homme. Dans son féminin blessé, elle s’est perdue dans l’attachement, dans sa déconnexion de l’énergie amour dont elle est le contenant, pour être aimée, elle a accepté de devenir un objet de désir, ainsi est née la femme objet, celle qui recouvre les magazines et qui fait vendre du rêve, et est devenue esclave de ces images. Elle ne s’aime plus car bien entendu elle ne peut correspondre à ces images, elle a des formes et sa poitrine n’est pas un objet de désir siliconé mais bien une source de plaisir d’amour, un sein nourricier qui donne la vie.
Quand elle reprend contact avec ce féminin divin, avec son essence profonde, cette force d’amour, guérit son féminin blessé. Elle prend les initiatives que lui permet son masculin intérieur qui a retrouvé ainsi sa force, c’est alors qu’elle peut enfin jouer le véritable rôle qui est le sien, celui de faire déposer les armes au guerrier, qu’il prenne contact avec sa sensibilité, et découvre l’amour, celui qui bat en son cœur, juste à l’intérieur de son armure qui l’enferme plutôt que ne le protège. Alors désir et amour peuvent enfin danser ensemble, désir d’aimer et aimer le désir. La danse des corps, la plénitude des âmes et la nourriture des esprits à l’unisson avec les battements de cœurs, l’énergie amour peut enfin circuler.
La femme est l’avenir de l’homme car le féminin est ce qui doit être révélé car caché et intérieur au masculin. La femme a ce pouvoir d’ouvrir les cœurs, cette sensibilité que l’on dit de sexe faible, n’est pas faiblesse mais force.
Que vive le féminin et la force d’amour en chacun de nous,
Elizabeth

Publié par Mesnet Joséphau-Charrier

Mutation quantique et physique en cours, nouvelle humanité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web gratuitement avec WordPress.com.
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :